Ma philosophie de la vie de musicien

(Dernière modification le 04/08/2022)

Pour moi, la musique "classique" et l'art en général sont un appel à s'élever au-dessus de la grossièreté et de la médiocrité, et une louange à ce qui est grand en l’être humain.

 

~ ~ ~

 

La pratique musicale est une quête personnelle: autant un défi physique et cognitif qu’un chemin vers la transcendance - un appel à dépasser la réalité physique des sons mais aussi les concepts intellectuels.

 

La musique, dans sa forme la plus élevée, réunit le corps, l’esprit et ce qu'on appelle généralement l’âme, puisqu’elle parle aux sens, à la pensée conceptuelle et - dans le meilleur des cas - à cette chose supérieure qui différencie l’homme des éléments minéraux, des végétaux, et probablement des autres formes du vivant.

 

~ ~ ~

 

La profession de musicien est (devrait être) une vocation. Pour moi, c'est un engagement proche (quoique non-religieux) de celui du moine; un moine-musicien qui vit sa vocation dans la société.

 

Mais la vie de musicien devrait aussi être un acte de partage...

 

Parce que tous ne peuvent pas être musiciens et que seul un petit nombre peut en faire profession, ceux qui choisissent cette voie servent la communauté en portant la musique à ceux dont la tâche dans la société est autre.

 

Partager par les concerts, en jouant pour les gens - ceux qu'on aime comme ceux dont on ne connaît pas le nom et qu'on ne reverra peut-être jamais.

 

Partager par l'enseignement, en accompagnant ses élèves, souvent durant de nombreuses années, en essayant de les aider à se développer et de leur ouvrir la voie à la beauté miraculeuse de la musique.

 

Pour moi, la vie de musicien est témoignage et partage, et être musicien est un vœu de fraternité.