Biographie

(Dernière modification le 16/09/2022)

Mes premières années: de la découverte de la flûte à la décision de me consacrer à la musique.

Vincent Thuet, mes débuts à la flûte traversière, à 9 ans

Je suis né en 1978 à Mulhouse. Quand j'avais 8 ans, mes parents, Anne et François, tous deux musiciens amateurs investis dans la vie musicale associative, m'ont inscrit à l'école de musique d'une petite association comme il y en avait beaucoup dans la région à cette époque: la Musique Avenir. J’y ai reçu mes premiers cours de solfège et de flûte à bec. Après une année, le moment vint de choisir mon instrument. Je n'ai que peu de souvenirs de ce temps, mais une de mes premières professeures de solfège me raconta bien des années plus tard que je voulais absolument jouer de la flûte traversière et rien d'autre...

 

Mes premiers professeurs étaient de modestes amateurs. C'était alors une pratique courante dans les écoles associatives. C'est à partir de ma troisième année, avec mon troisième professeur, Sandrine Bitonti, que j'ai commencé à travailler sérieusement (études de Gariboldi et de Köhler, Exercices Journaliers de Taffanel et Gaubert...). Je tenais à la citer ici, parce qu'elle a su m'encourager et s'est investie bien plus que certains professeurs de conservatoires rencontrés plus tard. C'est à cette époque, dans ma 4e ou 5 année de flûte, que l'idée et le souhait de devenir musicien et d'en faire mon métier ont commencé à germer en moi. Cette professeure a de plus eu le mérite, après quelques années, pensant arriver à ses limites, de me conduire chez un professeur de plus haut niveau, en l'occurrence son propre professeur.

 

J'ai ainsi eu la chance d'être élève de Daniel Morlier (1) - un flûtiste de premier plan et musicien de grande classe. Je ne profitai malheureusement de son enseignement qu'un an à peine, puisque, suivant son conseil, je m'étais présenté dès l'année suivante au Conservatoire de Mulhouse où j'ai été admis. Ce fut une énorme erreur, qui devait nuire grandement à mon développement en tant que flûtiste et musicien et me coûter de précieuses années. Mais durant cette année auprès de Monsieur Morlier, mon désir de devenir musicien professionnel s'est renforcé, et à partir de là, ma vie s'est organisée autour de ce but.

Le temps des études: flûte ou basson?

J'ai étudié plus tard auprès de Georges Alirol (2) à l'Ecole Nationale de Musique d'Evreux, de Stéphane Réty à Mulhouse, puis au Conservatoire de Strasbourg dans la classe de Sandrine François où j'ai obtenu en 2002 le Diplôme de flûte à l'unanimité avec mention et en 2003 le 1er Prix de perfectionnement à l'unanimité avec les félicitations du jury. Je terminai mes études flûtistiques en 2004 avec un 1er Prix à l'unanimité à l'E.N.M. d'Aulnay-sous-Bois dans la classe de Patrick Gallois.

 

Ce ne fut cependant pas un chemin rectiligne, puisque j'ai changé plusieurs fois d'instrument à partir de 1998, choisissant le basson (système Heckel). J'y ai fait 3 courtes incursions, avec un certain bonheur, ayant eu la chance d'étudier auprès de Jiri Stavicek (3) à Bâle, et avec Pascal Gallois à Paris, à l'E.N.M. de Gennevilliers (1er Prix en 2000) et à la Hochschule de Zürich. J'ai toujours beaucoup aimé cet instrument et mes rapides progrès me laissaient espérer un avenir jalonné de succès... mais à chaque fois, après quelques mois ou à peine plus d'une année, la flûte me manquait et j'y retournais immanquablement. J'étais flûtiste!

L'entrée dans la vie professionnelle

J'ai donné mes premiers cours dès l’âge de 16 ans, suite à la demande de la directrice d’une petite école de musique. Mais, déjà très exigeant avec moi-même et prenant très au sérieux le métier de musicien, je cherchai bientôt un remplaçant que j'imaginais plus compétent. J’étais à cette époque encore moi-même élève et me posais encore trop de questions. Je ne me sentais pas assez mûr pour prétendre enseigner à d’autres, même beaucoup moins avancés que moi.

Vincent Thuet, au temps de la fin de mes études et de mes premiers concerts professionnels, vers 2002

Je n’ai recommencé à donner des cours de manière régulière que 6 ans plus tard et enseigné alors, à partir de 2001, dans plusieurs écoles de musique en Alsace.

 

A partir de 2002, j'ai également joué avec divers ensembles et orchestres, dont l'ensemble Accroche Note, l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg et l'Orchestre Symphonique de Mulhouse.

Les concours... et la plus dure épreuve

En 2006, j'ai remporté le 1er Prix à l'unanimité du concours UFAM, à Paris, et j'ai obtenu la même récompense en 2008 au concours "Allain Cadinot / Yamaha Musique France", à Paris également.

 

Après ces résultats certes modestes mais encourageants, je préparais mon premier grand concours international, quand j'ai commencé à souffrir d'une dystonie de fonction (4) - un trouble qui touchait dans mon cas le contrôle des doigts de la main gauche et qui m'a contraint à interrompre totalement mon activité d'interprète.

 

Dans la pire période, entre septembre 2008 et mai 2009, j'étais incapable de jouer même ce que jouent des débutants dans leurs premiers mois. Mon état s’est ensuite amélioré très lentement. J'ai pu reprendre part à un premier et très modeste concert en décembre 2009, mais mon répertoire était alors limité à seulement quelques courtes pièces et des mouvements d'œuvres faciles. 3 ans plus tard, dans mes premiers récitals, je ne pouvais toujours jouer que de la musique baroque et quelques pièces plus modernes sans grandes difficultés. J'ai pu petit à petit rejouer des programmes techniquement plus exigeants, mais ce n'est qu'à partir de 2016 que j'ai pu rejouer également des œuvres véritablement virtuoses et un large répertoire me permettant de reprendre une activité de concert presque normale.

L'enseignement

Quand j'étais élève puis étudiant, je ne me destinais pas à une carrière d'enseignant. J'avais l'ambition et la prétention de devenir un bon et peut-être un excellent flûtiste et musicien, et j'estimais seulement que c'était un devoir de partager son expérience et sa passion avec les plus jeunes ou les moins avancés et de les aider à progresser. Puis l'intérêt a grandi avec les années et la pratique. J'ai réalisé l'importance que cet enseignement et ce partage pouvait avoir pour les élèves et tout ce qu'ils pouvaient leur apporter (et j'ai constaté également tout ce que je pouvais apprendre moi-même en essayant de transmettre mon savoir et mon expérience aux élèves). Enseigner est ainsi devenu une part essentielle de ma vie de musicien, une part à laquelle je ne voudrais en aucun cas renoncer.

Vincent Thuet, flûtiste et musicien, dans mes années allemandes, 2010-2018

Après mes premières expériences en Alsace dans les années 2000, j'ai vécu en Allemagne de 2010 à 2018, enseignant à Hannoversch Münden, et jusqu'à 2019 à Göttingen.

 

Je rentrai au pays en 2018 et enseigne depuis à l'Ecole de Musique du Sundgau et à l'école de musique du Créa à Kingersheim, ainsi qu'en Suisse à la Freie Musikschule Basel et au sein de l'Ecole Française de Bâle.

Notes (cliquez sur le lien) :

(1) Daniel Morlier

(2) Georges Alirol

(3) Jiri Stavicek

(4) Dystonie